Codex Studiosorum Bruxellensis
LA BITE A DUDULE
Il était deux amants Qui s'aimaient tendrement; Ils étaient heureux Et du soir au matin Ils allaient au turbin, Le coeur plein d'entrain. À l'atelier, les copin's lui disaient: "Pourquoi qu' tu l'aim's, ton Dudule? Il est pas beau, il est mal fait"; Mais elle, tendrement, répondait: "Z' en fait's pas, tagadagada, Les amies tiguidiguidi, Moi c'que j'aime en lui ...
C'est la gross' bite à Dudule, J'la prends, j'la suce, elle m'encule, Ah! Que c'est bon que c'est chaud, que c'est rond Quand il m'la cale dans l'oignon! C'est pas un' bite ordinaire Quand il m'la fout dans l'derrière, De foutre et de merde elle est toute remplie Des couill's jusqu'au nombril, À Dudu-ule."
Ça durait d'puis longtemps Entre les deux amants Ça dev'nait gênant. Voilà que d'jour en jour S'accroissait leur amour, C'était pour toujours. Quand un' bell' fill' pas trop mal fagotée Vint lui chiper son Dudule, L'était pas beau, l'était mal fait, Mais elle, tendrement, répondait: "Z' en fait's pas, tagadagada, Les amies tiguidiguidi, Moi c'que j'aime en lui ...
J'étais seule un beau soir J'avais perdu l'espoir Je broyais du noir. Mais voilà que l'on sonne, Je n'attendais personne, Je reprends espoir. Mon petit coeur s' mit à faire boum-boum! Si c'était là mon Dudule? L'était pas beau, l'était mal fait, Mais moi, tendrement, je l'aimais. J'ouvr' la porte, tagadagada, J'tends les bras, tagadagada Et qu'est-ce que je vois ...
Fout gevonden
Bezoek het forum om fouten te melden aan de redactieraad.
© Codexfonds 2008